CARPE A LA MOUCHE

La pêche à la mouche est pour moi la pêche qui le procure le plus de sensations et d’excitation.
Rien n'est plus jouissif que d'apercevoir son « adversaire » dans son élément et de tenter de le leurrer.
Le moment le plus intense est celui où le poisson gobe l'imitation proposée, c'est à ce moment précis que la décharge d'Adrénaline
inonde mes veines et m'expédie au paroxysme du plaisir.

Ne cherchez pas à me convaincre du contraire, je suis drogué par la PALM, impossible de décrocher, je cherche ma dose d'endorphine à chaque sortie……………………………….
Depuis la fin de mes vacances je me concentre sur la traque des gros poissons. Plusieurs sorties en float tube ont été infructueuses et je cherche toujours ma dose de drogue.

Ce matin, je laisse le float tube au garage pour me concentrer sur une petite rivière où cohabitent dragons et carpes.
Le secteur où je décide de commencer est bien peuplé de carpes et c'est avec un grand plaisir que je les aperçois fouiller frénétiquement le fond de la rivière.
Je connais très bien mon adversaire pour l'avoir combattu par le passé avec du matériel à carpe et je sais par expérience qu'elle ne me laissera aucune chance si je commets la moindre erreur.
C'est avec une imitation de bourdon que je tente le premier poste. Mon manque de discrétion au posé est sanctionné dans la foulée par une fuite des carpes trop habituées au silence des lieux.
50 mètres plus bas je devine facilement la présence d'un petit troupeau qui semble « paître » avec nonchalance !!!
J'avance à pas de Loup et je dépose avec délicatesse mon petit bourdon sur la pellicule de l'eau ……………………petite dérive lente quand tout à coup une bouche béante se tend vers la surface et aspire mon imitation, le réflexe est conditionné dans mon cerveau et le ferrage est appliqué avec autorité. C'est alors que je prends conscience du potentiel de force de mon adversaire, ma MINIMAG se comprime brutalement et le moulinet chante et inonde le lit de la rivière de décibels qui auront rapidement pour effet de faire monter mon adrénaline.

Le moulinet ne cesse de chanter , la soie et la canne jouent l'accompagnement .
Le combat est ahurissant et le remorqueur sur lequel je suis attelé dévide ma soie jusqu'au backing.
Pendant quelques minutes je pense que le combat est perdu d'avance, d’instinct la carpe cherche les obstacles pour se libérer de mon piège.
La bataille est terrible et il faut faire un choix pour tenter de mettre au sec ce poisson, chaque approche de mon épuisette est suivi d'un départ en trombe du poisson.
Au bout de 10 minutes je réussis non sans mal à glisser la bête dans mon épuisette.
Magnifique carpe commune d'environ 60 cm pour 5 à 6 kg environ, c'est un poisson en pleine forme que j'admire avec bonheur.
Une rapide photo pour immortaliser cette drogue douce et c'est en remerciant cette belle carpe que je lui rends sa liberté.
J'ai ma dose, enfin comblé après tant d'heures passées au bord de l'eau.
La carpe est un adversaire redoutable et sa puissance m'est à rude épreuve le matériel. Ma Minimag et mon Alpha III se sont montrés à la hauteur du combat, sans broncher.
Ne cherchez pas à vous débarrasser de cette envie de PALM……………………….. c'est tout simplement addictif.
Olivier

CARPE A LA MOUCHE

2 réflexions sur « CARPE A LA MOUCHE »

  1. Très bien, Olivier. Superbe carpe. Cela me conforte dans la conviction que les imitations d’insectes dit terrestres sont excellentes pour la pêche à la mouche. D’ailleurs, l’ancêtre de la PALM, la redoutable et très efficace pêche à la volante utilise ce genre d’insecte: fourmi, scarabée, etc… la palme de l’efficacité revenant à la fourmi volante.
    Cordialement. JP

Les commentaires sont fermés.