DORDOGNE JUIN 2014

Téléportation au pays des rêves !!!!!

Enfin je suis passé sur la Dordogne, une semaine de Palm qui restera pour longtemps inscrite dans ma mémoire !!!

Cette semaine pêche était déjà prévue l'année dernière mais celle-ci avait avorté pour des raisons diverses et variées et c'était sur la Touvre que nous avions découvert à la place.

La météo particulière des semaines précédentes ont augmenté les niveaux d'eaux et les Gobnautes présents sur place nous avait avertis des difficultés que nous allions traverser.

L'arrivée sur site (pont de Monceaux) nous montre la Belle avec un niveau d'eau qui avoisine les 1,40 sur d'Argentat !!!!!! Qu'importe, notre semaine de pêche se fera ici, même avec ces conditions.

Après une rapide installation dans nos chambres, il est logique de passer chez Maryse afin de prendre la température et de soigner la déshydratation due au voyage de la Mayenne vers la Corrèze.

Les gens du cru ne nous dressent pas un tableau magique et nous précisent que même la Maronne est teintée, cela commence très mal.

Dès le premier soir, en aval du pont de Beaulieu, la Dordogne nous adresse un message fort que nous avons bien enregistré, les pompiers du secteur cherchent des pêcheurs qui se sont fait emporter par la puissance de l'eau et c'est avec effroi et stupeur que nous assistons aux va-et-vients des Zodiac de recherche, le ton est donné, il ne faut pas plaisanter avec la Belle.

Le lendemain nous sommes sur les bords de la Maronne, les pêcheurs locaux nous font part de leurs « problèmes » : l'eau est haute et teintée !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Regard étonné vers mon acolyte (Mouchozaurus rex53) Oui en effet l'eau n'est pas cristalline mais me semble parfaitement pêchable. Après cette journée sur la Maronne nous sommes au paradis, les poissons sont bien présents et se montrent coopératif. Le lendemain est encore plus magique avec une après-midi remplie de gobages et un bon score aux niveaux des prises, certes pas de poissons trophées mais de toute taille et un agréable mélange de truites et d'ombres, une folle après-midi où les ombres se montrent hyper sélectif et nous permettent de s'arracher les cheveux avant de trouver La mouche à faire passer, un vrai régal.

La semaine de pêche est passionnante et la découverte de la Dordogne et de ses poissons est un pur bonheur.

Le dernier soir avant le départ se déroule dans le secteur de Brivezac, sur place c'est le calme plat, pas l'ombre d'un gobage, notre inquiétude augmente avant de croiser un Palmiste local qui nous lance « vous êtes bien placé les gars, soyez patient cela va sortir vers 20h00 !!! »

20h00 arrive, puis vers 20h 30 les premiers gobages, je repère un poisson qui est bien régulier juste sous un chêne et je me décide à l'attaquer en me positionnant à l'aval de sa protection végétale.

Le poisson vient gober doucement à la surface des petits sedges de couleur clair, il est bien régulier et monte environ toutes les 10 secondes. Je suis bien décidé à prendre ce poisson, je refais mon bas de ligne, installe 2 m. de 10/100, contrôle de la résistance et réglage du frein avant d' accrocher un petit sedge cervidé sur hameçon de 16. je compte 7 secondes et lance mon imitation, mon lancé est parfait et le poisson saisit l'imitation que je sanctionne par un ferrage ample.

La prise de contact est déconcertante, je ne m'attendais pas à trouver un poisson avec autant de force, après 15 secondes de combat je suis certain que le poisson va me faire payer cher mon 10/100.

Le poisson prend le plein courant dès que possible et tente de dévaler celui-ci à pleine vitesse, mes tentatives pour le contrer sont difficiles et je dois courir pour le suivre, le courant est de plus en plus puissant et le poisson est à 2 m. de mon épuisette, c'est une truite énorme que j'estime très facilement à 50+ je garde mon sang froid et continu de fatiguer mon adversaire. Des campeurs stupéfaits de me voir courir dans l'eau m'encouragent, mais le poisson arrive dans l'accélération et réussit à se placer à l'aval de ma position, je ne peux plus avancer car le courant est tellement fort que je peine à tenir ma position, je ressers mon frein au maximum admissible pour ma pointe et je regarde impuissant ma soie sortir jusqu'au backing, il ne s'arrête plus, ma Tactical est pliée et c'est en voyant s'éloigner la jonction soie/ backing que je décide de placer ma main sur la bobine afin tenter le tout pour le tout, ma ligne devient toute molle, la canne revient en position normale, c'est la casse.

Je rembobine ma soie et j'aperçois mon ami parmi les campeurs qui est sorti de l'eau car il pensait pouvoir faire une belle photo.

J'ai bien analysé cette casse et ma seule faute visible est d'avoir placé une pointe aussi fine, beaucoup trop fine pour pouvoir brider un gros poisson dans une rivière aussi puissante.

Je termine le coup du soir, je leurre une truite de 30cm, dépique 2 poissons et en cale un autre.

C'était une semaine magnifique, une semaine d'amitié, de découvertes, de rencontres et d'échanges,

La rivière était haute et les conditions n'étaient pas parfaites mais je suis habitué aux conditions bien plus difficiles sur nos rivières de la Mayenne, toute pluie transforme celle-ci en eaux boueuses et teinte l'eau pour un minimum de 15 jours et pour parler de la densité des poissons, autant comparer du pâté pour chat avec de la truffe !!!!!!!!!!!

Le gens du cru sont à l'image des paysages, francs du collier mais très généreux, une très belle région.

Je comprends encore plus les combats et les diverses prise de postions de ceux qui œuvrent à la sauvegarde de cette magnifique rivière. C'est donc sans prétention que je dédie cette news à ces pêcheurs et leur dit MERCI .

Mon tour de France des rivières continu et il me faut maintenant réfléchir à ma prochaine destination,,,

Olivier

SECTEUR DE BRIVEZAC

SECTEUR DE BRIVEZAC

ARGENTAT

ARGENTAT

BEAULIEU

BEAULIEU

DORDOGNE JUIN 2014
DORDOGNE JUIN 2014
DORDOGNE JUIN 2014
DORDOGNE JUIN 2014
DORDOGNE JUIN 2014
DORDOGNE JUIN 2014
DORDOGNE JUIN 2014